C’était le sujet de la conférence proposée vendredi soir à la salle des fêtes de Sauveterre, conférence très instructive, animée par M. Kenneth Forber, consul des Etats Unis à Bordeaux, et M. Philippe Maitrepierre, consultant international. Un absent de marque à cette conférence, M. d’Amécourt, maire et initiateur de cette causerie, il était retenu à la zone Bonard par la découverte en ce lieu d’un bébé abandonné.. Cette nouvelle a profondément ému l’assistance.
08-09-26._Une_partie_de_l__assistance.jpg 08-09-26.Mme_Dudoussat_presente.jpg Les conférenciers ont parlé à tour de rôle. Tout d’abord, présentation des deux candidats, puis du mode d’élection, tout à fait différent du nôtre : le même jour, élection du président et du vice-président, de la totalité des cinq cent trente cinq membres de la chambre, du tiers des sénateurs, de quinze gouverneurs d’états. Dans certains états les chambres sont également renouvelées. Mais avant ces élections qui se dérouleront le 4 novembre, il y a eu des primaires, commencées fin décembre dernier dans certains états, pour désigner les cinq cent trente huit grands électeurs. Car il ne suffit pas d’avoir la majorité des suffrages des habitants, il faut aussi avoir celle des grands électeurs. Ainsi, en 2000, M. Bush a-t-il été élu avec moins de voix que l’autre candidat, mais il avait un nombre de grands électeurs plus important. Autre particularité, les citoyens ont la faculté de voter bien avant la date fixée, on considère que trente pour cent de la population en profitera.

La séquence suivante a montré ce qui est en faveur et ce qui peut nuire à chaque candidat. L’un a la jeunesse pour lui, mais manque un peu d’expérience, toutefois le vice-président qu’il a choisi atténue fortement cet handicap. L’autre est vénéré en sa qualité d’ancien combattant torturé, c’est un chef, mais son attitude vis à vis de la guerre en Irak, devenue très impopulaire peut lui nuire ; le choix de la vice-présidente présente autant de désavantages que d’avantages.



La comparaison de leurs programmes montre un désaccord parfait pour la santé, les impôts, la guerre, l’éducation, la privatisation des retraites, ils seraient à peu près d’accord sur la protection de l’environnement et la concertation avec les autres pays. La crise financière qui secoue le pays actuellement peut faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Reste à savoir si l’électorat noir va se mobiliser, les femmes vont-elles regretter Hillary Clinton ? Quel sera l’impact des deux rendez-cous télévisés entre les deux candidats sur les électeurs ? Les questions furent nombreuses, ainsi a-t-on appris qu’aux Etats Unis, on parie sur tout, à Las-Végas les parieurs donnent Obama vainqueur à cinquante huit pour cent. Le coût de cette élection dépasserait le milliard de dollars !

Au cours du vin d’honneur qui clôturait ce débat les auditeurs ont eu le loisir de demander des précisions, mais le sujet le plus souvent évoqué était la découverte du bébé à Bonard, M. le maire, arrivé à la fin de la causerie, a eu à répondre à bien des questions pour lesquelles il n’avait encore aucune explication.