La conférence du 30 avril dernier à connu une grande affluence, pourtant le sujet semblait assez méconnu dans la mesure où il s’agissait des « Etablissements et Structures portuaires antiques de la Gironde » Effectivement les vestiges sont rares et les écrits sur ce sujet encore plus, au grand dam de10-04-24._M._Coquillas.jpg M. Didier Coquillas, docteur en histoire, médiateur scientifique pour l’association Océan, qui a passé dix années pour tenter d’en faire l’historique.
10-04-24._Assistance.jpgAux premiers siècles de notre ère et jusqu’au Moyen Âge, chaque échancrure, chaque étier, pouvait constituer un havre et faire office de port. Plusieurs types de port : les grands ports de commerce comme Bordeaux ou Barzan, près de Mortagne, tentent de prouver que les échanges se faisaient sur de grandes distances, Italie, Espagne, Afrique du nord, pour le vin, les céréales, le bois, le sel, les hommes, l’huile, les céramiques etc. Les ports de seconde catégorie servaient au commerce local, cabotage ou traversée de la Gironde pour les produits manufacturés et les denrées alimentaires. Il existait aussi les ports militaires, comme Blaye et certainement Bourg sur Gironde, destinés à défendre les côtes contre les incursions des pirates saxons. Une flotte devait stationner à Blaye.. Enfin, certaines villas côtières ont accès à la navigation et possèdent un port.
Ces ports nécessitaient des aménagements spécifiques dus au peu de consistance des berges marécageuses. Les fondations reposent sur un système d’armatures en bois, soit des pilotis enfoncés dans le sol enveloppant les murs, l’intervalle étant comblé avec des graviers, des pierres ou autres débris. Ou bien alors les pieux son recouverts par d’autres poutres posées horizontalement, le tout recouvert comme précédemment. Ces systèmes existent toujours car le bois ne pourrit pas tant qu’il est à l’abri de la lumière. Ces techniques de construction se retrouvent également un peu partout en Gaule et dans tout l’Empire romain.
L’organisation des arrière port n’est pas plus connu que les structures portuaires. Les plans des entrepôts Barzan, Bordeaux et Bourg sur Gironde ont été dévoilés par la photographie aérienne, seule l’abondance de matériels tels qu’amphores et autres céramiques semblent attester leur présence. Quant au phares de cette époque, seuls quelques écrits les mentionnent.
Ce fut une conférence très vivante, abondamment illustrée de diapositives.
Merci M. Coquillas.
Photos M. G. : M.Coquillas
. L’assistance.